Poutine promet une réponse symétrique à l’extension de l’OTAN aux frontières russes

Devant 163 ambassadeurs de Russie à Moscou, Vladimir Poutine a dressé la liste des enjeux pour la diplomatie russe et notamment le défi que constitue l’OTAN. D’après lui, le sommet de l’Etat américain semble être le théâtre de forces antagonistes.

Le président russe, Vladimir Poutine, a prononcé ce 19 juillet un discours devant 163 ambassadeurs de Russie à l’occasion de leur réunion biennale au ministère russe des Affaires étrangères à Moscou.

Commentant la montée en puissance de l’OTAN dirigée par les Etats-Unis, le président russe a déclaré que la Russie répondrait de façon symétrique à l’établissement de nouvelles bases à proximité des frontières de la Fédération de Russie. «Nous répondrons de façon proportionnelle aux manœuvres agressives qui représenteraient une menace directe pour la Russie», a prévenu Vladimir Poutine, cité par l’agence Tass. «Nos interlocuteurs qui parient sur une exacerbations des sanctions, ou qui tentent, disons, d’attirer l’Ukraine ou la Géorgie dans l’orbite de l’Alliance [OTAN] devraient réfléchir aux conséquences possibles d’une telle politique irresponsable», a-t-il martelé. Plutôt qu’une remilitarisation du continent européen sous impulsion de l’OTAN, Vladimir Poutine a prôné plus de coopération entre la Russie et les pays européens.

Lire aussi : Arrestation d’une Russe aux Etats-Unis : le FBI «semble obéir à un ordre politique», selon Moscou

La diplomatie russe face à un président américain assiégé

Le président russe a également semblé faire allusion au comportement erratique de son homologue américain Donald Trump, qui est revenu sur ses déclarations concernant la supposée ingérence russe dans l’élection américaine de 2016, après les récriminations d’une grande partie de la classe politique américaine. «Nous voyons qu’il y a des forces aux Etats-Unis qui sont prêtes à facilement sacrifier les relations russo-américaines à leurs ambitions», a assuré le président russe. «On nous a enseigné que les dirigeants devaient toujours privilégier les intérêts de leur nation. Mais ce n’est pas le cas [aux Etats-Unis]», a-t-il déploré avant de détailler : «Les caricaturistes pourraient les décrire comme des « personnes faibles et pathétiques », mais ils ne sont rien de tout ça. Au contraire, ils sont très puissants, puisqu’ils parviennent à pousser des millions de leur compatriotes à croire à des histoires qui défient la raison.»

Nous voyons qu’il y a des forces aux Etats-Unis qui sont prêtes à facilement sacrifier les relations russo-américaines à leurs ambitions

Depuis le sommet le 16 juillet à Helsinki où il a rencontré Vladimir Poutine, le président américain est sous le feu de critiques dans son pays, y compris dans son propre camp, pour ses déclarations jugées trop conciliantes vis-à-vis du maître du Kremlin.

Le tête-à-tête d’environ deux heures entre les deux dirigeants, en l’absence de leurs conseillers, fait désormais l’objet d’intenses conjectures. Certains élus ont même demandé que l’interprète de Donald Trump soit interrogée par le Congrès.

«La Russie reste néanmoins ouverte à un renforcement des contacts avec les Etats-Unis, sur la base de l’égalité et des avantages mutuels», a toutefois rappelé Vladimir Poutine, alors que la diplomatie russe s’est habituée aux volte-faces américaines, notamment sur le dossier syrien. «Nous en avons parlé bien évidemment au cours de la rencontre avec le président américain Donald Trump», a-t-il ajouté.

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.