On maltraite l’histoire et on prépare la prochaine catastrophe

Willy Wimmer, ancien secrétaire d’État au ministère fédéral allemand de la Défense

En Crimée, on trouve de plus en plus de dépouilles de soldats allemands. Elles ne peuvent pas être inhumées dans le cimetière militaire allemand, d’une beauté éblouissante, près de la ville portuaire de Sébastopol, parce que les autorités compétentes allemandes refusent toute coopération avec les autorités russes. En s’adressant au Président fédéral allemand, on demeure sans réponse. Que penser d’un pays agissant ainsi envers ses morts en raison de l’actuelle politique de l’OTAN ?

Les avertissements se perdent-ils dans le vide ?

Vénérer la mémoire de ses morts relève de la décence la plus élémentaire et de la responsabilité envers le passé et l’avenir. L’histoire du siècle dernier connaît trop d’événements. Rien de cela ne doit tomber dans l’oubli, car d’un tel comportement émergent de nouvelles détresses. Ceci n’est-il pas vrai notamment pour Stalingrad et pour l’immense tribut en vies humaines payé par les habitants au-delà de Brest [front de l’Est, ndt.] suite à l’offensive de l’empire germanique contre l’Union soviétique de l’époque ? Pourquoi ne commémore-t-on pas, 75 ans après la fin de la bataille de Stalingrad, les millions de victimes de cette guerre ? Pourquoi le gouvernement allemand refuse-t-il de rendre hommage aux victimes? Pourquoi nous laissons-nous à nouveau devenir réfractaires vis-à-vis de la Russie par une politique agressive et hypocrite ? Ceci précisément par ces prétendus alliés n’ayant – avec la guerre contre l’Autriche-Hongrie et contre l’Allemagne impériale de 1914 – rien d’autre en tête que la destruction définitive de l’Allemagne et de la monarchie austro-hongroise.

Pourquoi, en Europe, tout le monde parle à nouveau de guerre avec et contre la Russie, alors que nous ferions mieux de nous rappeler que c’était Moscou qui nous a confié la clé pour l’unité nationale de l’Allemagne ? Veut-on par tous les moyens éviter qu’on se rende compte de l’immense et presque infranchissable différence entre la souffrance des millions de personnes au-delà de Brest et notre politique actuelle face à ce pays ? La réponse adressée à notre pays par la Russie et son peuple, à tout ce que nous leur avons fait subir, est le désir sincère de vivre en bon voisinage. Bon Dieu, où avons-nous déjà rencontré une telle chose ?

Berlin se comporte comme si cette attitude ne la concernait pas. Sur ce point Berlin se comporte très différemment de Bonn [ancienne capitale de l’Allemagne de l’Ouest]. Pourquoi n’imposons-nous pas que la «Charte de Paris pour une nouvelle Europe» signée le 21 novembre 1990 – quelques semaines après la réunification de l’Allemagne – reste le seul document central de la coopération européenne ? Après les atrocités du siècle passé, la guerre devrait être bannie de l’Europe. Ce sont Bill Clinton en tant que président des États-Unis et sa Secrétaire d’État Madeleine Albright qui ont – par la guerre d’agression contre la Yougoslavie – réinstallé le vieux régime de guerre européen.

Nous devons nous opposer à la guerre

La chronologie des données historiques montre la dimension des activités agressives entreprises contre d’autres États et peuples. Nous nous en rendons compte en analysant le laps de temps entre le 8 janvier 1918 et juin 1919, c’est-à-dire entre les fameux «14 points» du Président américain Woodrow Wilson, l’armistice de novembre 1918 et le Traité de Versailles. Sur l’île Britannique et en France, on était bien décidé de détruire l’Allemagne impériale et l’Autriche-Hongrie. Dernièrement, en janvier 2018, l’actuel commandant en chef britannique [cf. article p. 2] a péroré en public qu’on avait voulu attaquer les Empires centraux déjà en 1912 (et pas seulement en 1914). La destruction totale de l’Allemagne ne fut pas possible. Il fallut donc créer le Traité de Versailles pour que l’État allemand, un État florissant avant la guerre, puisse être détruit de l’intérieur afin d’atteindre l’objectif militaire planifié de son anéantissement.

Ce n’est que par le Traité de Versailles que des forces infâmes ont pu être mobilisées en Allemagne. Tout observateur politique objectif reconnaîtra que c’est par un développement similaire – en vue d’atteindre des objectifs stratégiques globaux – que ce mécanisme est utilisé actuellement contre la Fédération de Russie et le gouvernement étatique de Moscou. Au début de cette décennie, l’action mise en œuvre par M. Obama et Mme Clinton contre notre voisin russe était pour nous tous comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Les déploiements et les minauderies militaires mortels durant la guerre froide ne sont rien en comparaison.

Des généraux américains parlent à nouveau en Europe d’une grande guerre. On a de la peine à le croire et cela semble totalement irréel, au vu de la politique actuelle, qu’en été 2012, la fanfare miliaire de la Bundeswehr fut invitée à jouer sur la place Rouge de Moscou. Tendre davantage la main de la part de la Russie n’est plus possible. Et quelle fut la réponse allemande ? Des membres du gouvernement allemand s’impliquèrent activement dans le coup d’État de Kiev instrumentalisé contre Moscou. Veut-on ainsi mettre la Russie hors combat selon le modèle de 1914 pour ensuite pouvoir la détruire de l’intérieur ? Nous nous demandons: Mourir pour Washington ? [Allusion à «Êtes-vous prêts à mourir pour Dantzig ?» en 1939, ndt.] Ceci ne vise en aucun cas l’actuel président Donald Trump. Pourtant, chaque président américain semble vouloir mener «sa» guerre, mais jusqu’à présent M. Trump n’a pas particulièrement attiré l’attention lorsqu’il s’agissait d’opération armée. On peut cependant se poser la question si sa sphère d’influence va au-delà de la «roseraie» de la Maison-Blanche ou si, au sein de la direction militaire de la Maison-Blanche, ce ne sont pas les commandants américains globalistes qui font la loi pour toute action. Juste une chose semble aller mal: lors de la guerre froide, on a poussé l’Union soviétique à s’armer jusqu’à sa mort économique. Aujourd’hui, cet objectif ne semble plus marcher. Il semble que chez nous en Occident, ce sont les «fétichistes des 2%» qui sont aux manettes. [L’OTAN réclame de tous ses membres un budget militaire d’au moins 2% du PIB, ndt.]

(Traduction Horizons et débats)

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *