Médias français : le bal des hypocrites !

fourest

 

 

La mise à l’écart de Caroline Fourest d’une émission phare de l’audiovisuel français, n’est qu’un éclair de lucidité qui ne doit pas faire illusion. Nos médias ont mis à l’index un individu. Ils n’en poursuivront pas moins leur propagande.

Caroline Fourest est sans doute largement méconnue du grand public russe. Pour les Français, elle est en revanche incontournable. Journaliste de radio (France Culture, France Inter), de télévision (La Chaîne Parlementaire-LCP), de presse écrite (nombreuses publications dans le MondeCharlie Hebdo…), c’est une cumularde des médias, émargeant dans une foule de rédactions. Figure de proue de la communauté homosexuelle, féministe tendance haineuse, laïcarde jusqu’à « bouffer du curé», cette militante libertaire, affirmant son ancrage à gauche, appartient au petit cercle des leaders d’opinion définissant dans notre pays ce qui est politiquement correct et ce qui ne l’est pas. A ce titre elle a, depuis des années, pris toutes les libertés avec la vérité, y compris vis-à-vis de la Russie et de Vladimir Poutine, le « russian bashing » étant l’un des exercices favoris de la presse française.

C’est elle qui, il y a un peu plus d’un an, avait affirmé sans aucune preuve que les séparatistes du Donbass avaient arraché les yeux de trois prisonniers ukrainiens. Cela lui avait déjà valu les critiques de quelques journalistes soucieux de vérité(1) et un avertissement du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), gardien théorique de la déontologie des médias.

Cette mise en demeure n’avait bien entendu été suivie d’aucun effet du point de vue de la présence médiatique de Caroline Fourest. Dans la mesure où, critiquant la Russie et les séparatistes du Donbass, elle s’inscrivait dans la lutte entre le camp du bien (l’Occident libéral-libertaire) et l’axe du mal (grossièrement un axe supposé unissant la Russie, ses alliés, le Front National et autres « eurosceptiques » de tout poil), elle avait aussitôt bénéficié d’une complète absolution de toutes les rédactions. Personne alors ne relevait que sa proximité avec le leader des FEMEN, l’ukrainienne Inna Shevchenko, à laquelle elle a consacré un livre d’amoureuse transie, était peut-être de nature à influer son jugement. On ne mêle pas, n’est-ce pas, vie privée et vie publique…

Caroline Fourest est aujourd’hui critiquée pour un péché relativement véniel —elle a encore menti sur une affaire de justice la concernant — comparativement aux énormités qu’elle a tranquillement asséné par le passé sans que personne ne la fasse taire.

Mais les conditions qui ont présidé à sa mise en accusation sont elles-mêmes révélatrices des règles implicites régissant la liberté d’expression dans les médias français.

Ceux-ci ont titré sur le « mensonge de trop », de Mademoiselle Fourest. Cela signifie qu’ils étaient parfaitement conscients de tous ceux qui avaient précédé tout en continuant à l’inviter sur leurs plateaux, à leurs micros, dans leurs colonnes.

Quant à la mise en accusation en elle-même, seule les personnalités des procureurs qui l’ont instruite l’ont rendue possible. Qui sont-ils? Aymeric Caron et Laurent Ruquier, respectivement intervenant et présentateur-producteur de l’émission « On n’est pas couché ». Quel est le concept de cette émission? Simple: il relève de la fosse aux lions. Tous les samedis soirs artistes officiels, tendance bande à Goldman-restos du cœur, chroniqueurs-provocateurs adeptes de « l’esprit Canal », journalistes bien-pensants type Apathie-Quatremer, reçoivent un invité venu défendre ses positions politiques, son livre, son film ou son dernier album. S’ensuit suivant les cas une grand-messe de l’autosatisfaction, grand moment de « vivre ensemble » entre personnes qui pensent tous la même chose, ou, a contrario, une curée impitoyable vis-à-vis de l’invité susdit. On assiste dans ce cas à la résurrection de ce qu’ont dû être les tribunaux populaires du Kampuchéa démocratique ou les procès de Moscou en 1936-1938. L’invité, désormais accusé, est raillé, critiqué, traîné dans la boue. Dans le rôle du procureur général opère Aymeric Caron, journaliste de gauche sélectionné pour ses talents de Vichinsky. Avec un plaisir évident il déchiquette l’adversaire, le condamnant dans le pire des cas à un ostracisme médiatique bien souvent synonyme d’ostracisme professionnel. Laurent Ruquier ponctue cet exercice de sadisme public de ses ricanements complices, de petites blagues assassines ou de jugements péremptoires, soutenant l’accusation, Torquemada d’opérette.

Disons-le tout net, ceux qui se rendent à cette émission en sachant pertinemment qu’ils ne rentrent pas dans le moule idéologique des animateurs savent ce qui les attend et, à ce titre, n’ont que ce qu’ils méritent.

C’est pourquoi Caroline Fourest s’y est sans doute rendue en confiance. Entre gens de gauche, personnalités emblématiques des réseaux homosexuels et pontifes de la bien-pensance, on ne s’assassine pas en direct.

Mais c’est précisément, uniquement, parce que ceux qui l’ont mis en accusation n’étaient en rien soupçonnables d’appartenir au camp des affreux réactionnaires de droite, tendance catholiques homophobes, ou aux ignobles « islamo-gauchistes », avec lesquels Mademoiselle Fourest aime ferrailler, que cette fois-ci le couperet est tombé. Seuls ceux qui pensent dans la ligne du parti sont habilités à juger.

C’est pourquoi il ne faut pas se faire trop de souci pour Caroline Fourest. Ceux qui condamnent sont aussi ceux qui ont l’autorité pour réhabiliter, a fortiori lorsqu’il s’agit de sauver la tête d’un fidèle militant.

Car c’est bien de militantisme qu’il faut parler lorsqu’on évoque la presse française, non de journalisme. Il est facile de critiquer le contrôle que le Kremlin exercerait sur tous les médias russes (les lecteurs de VedomostiKommersantNovaïa Gazeta ou les auditeurs de l’Echo de Moscou n’ont peut-être pas tout à fait cette vision). Il est moins fréquent d’entendre que les médias français n’ont pas besoin de contrôle parce que, hormis une poignée de rédactions, ils défendent tous le même créneau et s’autocensurent fort bien eux-mêmes. Massivement ancrés à gauche(2), les journalistes français n’ont nul besoin de faire l’objet d’un contrôle gouvernemental. Une telle mesure, vis-à-vis d’une clientèle électorale influente, serait contre-productive de la part d’une administration socialiste. Quant aux journalistes appartenant à des rédactions de droite, ils n’en sont pas moins d’accord sur l’essentiel avec leurs confrères de gauche. Que l’on se proclame social-démocrate ou démocrate-chrétien, le soutien à la nécessité de rester dans l’Euro, au libéralisme du point de vue économique, au libertarisme du point de vue social, à la vision strictement marchande de la construction européenne, à l’amitié transatlantique inconditionnelle, que ce soit dans le cadre de l’OTAN ou du TAFTA, relève du dogme. Écartez-vous de ce credo et vous serez jugé pour hérésie, condamné, écarté sans ménagement. Les journalistes français n’ont donc pas besoin d’être muselés: ils coupent eux-mêmes les têtes qui dépassent.

La presse française, si critique vis-à-vis de la presse russe qui serait, à l’en croire, un pur instrument de propagande du Kremlin, agit dans les faits comme l’Union des Ecrivains aux plus beaux jours du stalinisme, pratiquant l’anathème, organisant la marginalisation des hétérodoxes. Nos Pasternak, nos Grossman, s’appellent Zemmour, Onfray, Houellebecq, Michéa… Tous parviennent encore à s’exprimer. Mais tous, peu à peu, voient le cercle de ceux qui sont disposés à leur donner la parole se restreindre.

1 Voir notamment: http://www.liberation.fr/monde/2014/05/18/ukraine-chez-nous-un-certain-air-de-la-guerre_1020344

2 Voir notamment les chiffres d’une consultation Louis Harris: http://www.valeursactuelles.com/politique/pourquoi-les-journalistes-sont-de-gauche-36909

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.

Source: © Sputnik, Philippe Migault

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *