Macédoine – un exemple du modèle des « changements de régime »

zivadin-jovanovic

 

Interview de Zivadin Jovanovic,* président du Forum de Belgrade pour un monde d’Egaux

Sputniknews: Au cours de sa récente visite en Serbie, Sergeï Lavrov a exprimé les inquiétudes de la Russie sur les violences en Macédoine et l’idée d’une «Grande Albanie». Quel type de soutien ont les nationalistes albanais dans les Balkans? Et à l’étranger ?

Zivadin Jovanovic: Nous sommes en effet tous très inquiets quant à la déstabilisation actuelle de la Macédoine. Après l’aggravation des problèmes socio-économiques dans la région, voici que s’installe la violence et la déstabilisation politique de la Macédoine. L’idée de la «Grande Albanie» est ancienne, elle a été réveillée par l’agression de l’OTAN en 1999 puis renforcée en 2008 par la sécession unilatérale de la province serbe du Kosovo et Metohija, immédiatement soutenue et reconnue par les Etats-Unis et la plupart des gouvernements des Etats membres de l’OTAN et de l’UE. Il pourrait difficilement y avoir un doute que la déstabilisation actuelle de la Macédoine pourrait se faire sans la volonté et même l’appui de ces mêmes pays occidentaux. Les déclarations dans plusieurs capitales occidentales, la participation de certains ambassadeurs occidentaux aux manifestations de l’opposition à Skopje, les slogans et la propagande occidentale en général sont plus que révélateurs. Dans la région, la Serbie est certainement l’un des pays les plus intéressés à la stabilisation de la Macédoine et à la condamnation de l’idée de «Grande Albanie».

Pensez-vous que les manifestations actuelles sont une tentative de déstabiliser le gouvernement macédonien actuel ? Et croyez-vous qu’elles peuvent être comparées aux «révolutions colorées» et aux «changements de régime», opérations parrainées par l’Occident comme en ex-Yougoslavie (mouvement Otpor !), en Géorgie (révolution des Roses) ou en Ukraine (euro-Maïdan) ?

Je pense que les événements actuels en Macédoine suivent le schéma directeur du «changement de régime», comme en Serbie (Yougoslavie) et ailleurs en Europe, en Afrique du Nord et aussi les tentatives actuelles visant à déstabiliser le Brésil, le Venezuela et l’Argentine. Il y a certainement des détails spécifiques, variables d’un pays à l’autre, mais les principales étapes et les outils sont les mécanismes de propagande pour générer le mécontentement populaire, l’organisation de manifestations massives avec des incidents armés, les exigences de «changements», et pour finir le renversement de gouvernements légalement élus.

Lavrov a déclaré que ces derniers développements «se produisent au moment où le gouvernement macédonien refuse d’adhérer aux sanctions et soutient le gazoduc Turkish Stream». Les Etats-Unis ont-ils intérêt à déstabiliser la région à des fins géopolitiques ?

Je crois que le ministre Lavrov a raison. Les Etats-Unis ont peur de perdre leur contrôle sur l’Europe et aussi de la coopération entre l’Europe et la Russie. A cet égard tout projet visant dans le long terme à rendre l’Europe autonome, sûre et indépendante, tels que South Stream, Turkish Stream etc., Washington l’estime contraire à ses intérêts géo­stratégiques et tente de l’arrêter par tous les moyens. La Macédoine n’est ni grande ni forte, mais elle considère Turkish Stream et le libre-échange avec la Russie comme étant dans son meilleur intérêt. Malheureusement, les Etats-Unis n’ont aucune considération pour l’intérêt des autres, en particulier celui de la Macédoine, mais uniquement pour le leur. Telle est la logique impériale. L’époque des gendarmes du monde prend fin. L’histoire continue, le paradigme impérial s’efface.

Source: www.beoforum.rs/en  du 18/5/15

(Traduction Horizons et débats)

*    Zivadin Jovanovic, ancien ministre des Affaires étrangères de la République fédérale de Yougoslavie de 1998 à 2000.

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *