L’Élysée aurait refusé la démission d’Alexandre Benalla

RUSSIA TODAY FRANCE, 29 juil. 2018

Le président français Emmanuel Macron, accompagné par Alexandre Benalla, salue des sympathisants après avoir voté au premier tour des élections législatives au Touquet, le 11 juin 2017

Au cours d’un entretien accordé au Journal du dimanche, Alexandre Benalla revient sur la mise à pied dont il a écopé après son intervention lors d’un rassemblement du 1er mai. Il affirme avoir proposé sa démission à l’Élysée qui l’aurait refusée.

Alexandre Benalla continue de s’épancher dans les médias. Après Le Monde et TF1, l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron revient sur la sanction infligée par l’Élysée après les incidents du 1er mai, au cours d’une interview publiée ce 29 juillet dans le Journal du dimanche.

Il a confié à l’hebdomadaire s’être entretenu avec le chef de l’État, en marge d’une réception : «Il m’a pris à part et il m’a dit : « Tu as commis une grosse faute. Ça m’a déçu, je me suis senti trahi. Tu es sanctionné, c’est normal. Je te fais confiance, mais tu vas devoir assumer. »» Face à la remontrance du chef de l’État, Alexandre Benalla juge alors sa sanction «humiliante» et affirme avoir proposé sa démission. «J’ai dit que j’étais prêt à démissionner. On m’a répondu que ce n’était pas la peine» assure-t-il sans apporter plus de détails.

Alors que plusieurs élus réclament son audition, l’ex-collaborateur du chef de l’État n’exclut pas de livrer sa version des faits devant les commissions d’enquête de l’Assemblée nationale et du Sénat : «Je dois me reposer, réfléchir. Mais oui, j’ai plutôt envie d’y aller. Ils veulent des explications, j’ai de quoi leur en donner.»

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.