Les États-Unis empoisonnent le climat en Europe

 Afficher l'image d'origine

par Willy Wimmer

Face à toutes ces nouvelles désastreuses, résultats de la politique globale soutenue par l’Allemagne, une information – catastrophique dans ses conséquences – risque de passer presque inaperçue. Mais ce qu’on a pu lire dans les quotidiens a en effet de quoi nous alerter. Selon ces informations, les Etats-Unis se préparent à stationner, à partir de l’année prochaine, une brigade blindée avec des milliers de véhicules et d’autres matériels militaires dans la région orientale de l’Allemagne, dans les Etats membres de l’OTAN se situant entre la Fédération de Russie et l’Allemagne. Ce plan est justifié par la peur présumée de ces pays membres de l’OTAN d’une agression russe, qui reste très vague aux yeux de tous les autres Etats du continent.

Phase finale de la politique américaine visant, depuis 1992, à une nouvelle scission du continent

Naturellement, tous les Etats de l’OTAN avaient misé sur le fait que le coup d’Etat du Maïdan n’élimine pas uniquement le gouvernement ukrainien. Cela aurait permis aux Etats-Unis de mettre en œuvre leur politique d’une nouvelle scission européenne, ouvertement affichée depuis plus de dix ans. Le spectacle centré sur l’oligarque ukrainienne aux tresses Iulia Timochenko, mis en scène publiquement avec l’aide de cliniques allemandes reconnues et compétentes, avait rendu évident les planifications des Etats-Unis en Ukraine, ce qui a amené nos voisins à l’Est à parier sur le bon cheval. Le gouvernement fédéral allemand en a, bien entendu, fait autant.
L’élimination de la présence de la marine russe en Crimée, prévue à la suite du coup d’Etat du Maïdan pour couper court à l’approvisionnement de la Syrie du président Assad, et l’élimination des droits essentiels de la minorité russophone en Ukraine s’est avérée inopérante, avec cependant des conséquences désastreuses pour les habitants de l’Ukraine de l’Est.
Les déclarations musclées provenant des pays baltes et de la Pologne en direction de Moscou ne furent surpassées que par les fanfaronnades des officiers supérieurs allemands de l’OTAN en direction du Kremlin. Le climat était pourtant savamment préparé pour des émeutes tandis que certains cercles au sein de l’OTAN créèrent la base psychologique pour la thèse de la menace des pays baltes. Ainsi l’atmosphère était préparée pour l’actuel stationnement de troupes américaines dans la région.

 Les Etats-Unis contournent systématiquement les réglementations résultant du «Traité de Moscou» ouvrant la voie de la réunification allemande (1990)

Ce stationnement annoncé de troupes termine un chapitre, nous concernant directement, nous autres Allemands. Toutes les conséquences de notre histoire depuis Napoléon, nous ont amené à n’accepter sur le territoire de l’ancienne RDA que des troupes allemandes. On voulait absolument éviter la continuation de situations antagonistes faisant partie de la guerre froide. On se mit d’accord qu’à l’avenir, ce ne serait plus la suprématie militaire qui définirait l’Europe, mais un dense réseau d’accords. La présence de troupes alliées de l’OTAN sur le territoire de l’ancienne RDA était exclue.
Cependant, déjà avant que l’Allemagne fut réunifiée, diverses troupes militaires alliées, lancèrent des tentatives pour contourner ces dispositions. Ces activités devinrent visibles à tout le monde, quand les Américains transformèrent, lors de la guerre en Afghanistan, l’aéroport de Leipzig en plaque tournante pour l’engagement des troupes américaines dans ce pays.
Aujourd’hui, les colonnes des forces armées, majoritairement américaines, se dirigent en direction de l’Est vers les centres d’entraînement militaire des Länder orientaux, comme s’il n’avait pas suffisamment d’espace d’entraînement à Grafenwöhr et ailleurs, permettant le déroulement des jeux de guerre musclés des Etats-Unis. Le «Traité de Moscou» fixant une politique contractuelle avec la Russie doit être affaibli autant que possible pour ensuite le convertir en son contraire.

A 150 kilomètres de Saint-Pétersbourg –Leningrad réapparaît dans le viseur

Saint-Pétersbourg observe l’Europe. Ce regard sur l’Occident est actuellement peu réconfortant. Des blindés américains sont placés quasiment devant les portes de la seconde ville russe, tout comme les missiles soviétiques dirigés sur New York, il y quelques dizaines d’années. Ainsi, les anciens accords entre l’OTAN et la Fédération de Russie concernant le non-stationnement de troupes occidentales dans la région importent peu.
Les Etats-Unis ont tout fait pour faire escalader la situation en Europe. Pourquoi Moscou n’interpréterait-elle les signaux émis par l’Occident depuis 1992 à sa manière?
Aujourd’hui, en Allemagne, on peut bel et bien constater que les Etats-Unis ont profité des 25 années écoulées à recreuser les fossés qui divisaient l’Europe et à construire de nouveaux murs. Le Traité de l’OTAN, prévoyant à l’origine de relier les deux côtes atlantiques, a été détourné de son but original par les Etats-Unis, sans consentement des peuples des Etats contractuels de cette alliance. N’oublions pas que l’intégration militaire des nombreux autres pays, fut réalisée plus de 50 ans après la fondation de l’OTAN.
Tous les membres, y compris les Allemands, ont consenti à l’OTAN en tant qu’alliance défensive. Ce fait fut confirmé explicitement par le Tribunal constitutionnel fédéral dans son fameux «jugement Tornado» de 2007. La transformation de l’OTAN en une alliance militaire globale à caractère offensive n’est nullement justifiée par la volonté du peuple allemand et le Bundestag n’y a jamais consenti.
Il est important que le gouvernement fédéral et le Procureur général dénoncent les infractions quotidiennes ayant lieu sur les routes allemandes. Mais il serait préférable d’intervenir de manière conséquente et impartiale. Cependant, il serait préférable de respecter – dans le contexte des guerres de l’OTAN – le droit international et la Constitution allemande et de renoncer à toute participation à des interventions américaines en violation du droit international.
Cette politique nous rappelle les terribles images de la Seconde Guerre mondiale. Est-ce réellement notre politique face à un voisin auquel nous devons, plus qu’à beaucoup d’autres, la réunification allemande? Un voisin, qui depuis la fin de la guerre froide, a toujours misé, de manière évidente, sur le droit international, le règlement pacifique des conflits et la paix? Tout au contraire des Etats-Unis – dont nous sommes de plus en plus dépendants – qui excellent à notre immense horreur dans la destruction du droit international dans la fomentation de nouvelles guerres.
Le comportement des Etats-Unis face aux alliés de l’OTAN et à la Fédération de Russie rappelle, malheureusement, l’ancien dicton romain sur Carthage.1 En mai 2000, lors de la Conférence de Bratislava, les Etats-Unis ont clarifié leur vue des choses. Selon eux, il est question de détruire Moscou parce que Moscou existe. L’humanité a vraiment fait des progrès?…     •
(Traduction Horizons et débats)

1    On attribue au sénateur romain Cato Censorius (234–149 av. J.-C.) la phrase «Ceterum censeo Carthaginem esse delendam» (Quant au reste, je suis toujours d’avis qu’il faut détruire Carthage), ndlr.

 

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *