Alep et Mossoul, les deux sièges

Renaud Girard

Correspondant de guerre et géopoliticien français

Quelles sont les ressemblances et les dissemblances entre ces deux sièges ? Comment les grands acteurs, régionaux et internationaux, cherchent actuellement à y pousser leurs intérêts stratégiques ?

En Orient, l’actualité militaire est dominée par le siège concomitant de deux grandes villes, Alep et Mossoul, situées dans deux pays voisins, la Syrie et l’Irak. Les gouvernements de Damas et de Bagdad sont depuis quelques années alliés, au sein de ce qu’on appelle l’«axe chiite», qui va de Téhéran à Beyrouth. Tous deux cherchent à reprendre par la force la deuxième agglomération de leurs pays, tombée aux mains de milices sunnites rebelles. Tous deux assiègent aujourd’hui la moitié Est de ces métropoles. Quelles sont les ressemblances et les dissemblances entre ces deux sièges ? Comment les grands acteurs, régionaux et internationaux, cherchent actuellement à y pousser leurs intérêts stratégiques ?

Dans sa reconquête des quartiers Est de la ville d’Alep (tombés aux mains de la rébellion en juillet 2012), l’armée baasiste syrienne est appuyée par de multiples alliés: l’aviation russe; le Hezbollah libanais; les «brigades internationales» chiites (comprenant entre autres des Hazaras afghans) encadrées par les officiers de forces spéciales de la division al-Qods des pasdarans iraniens; les peshmergas kurdes du mouvement laïc cryptocommuniste Parti de l’union démocratique PYD (ceux-là mêmes qui résistèrent victorieusement à l’État islamique lors du siège de Kobané de septembre 2014 à janvier 2015).

Dans la reconquête des quartiers Est de la ville de Mossoul, les forces spéciales irakiennes du gouvernement de Bagdad sont appuyées par les frappes des chasseurs-bombardiers occidentaux, par les milices patriotiques chiites, et par les peshmergas kurdes du gouvernement autonome d’Erbil (qui tiennent le front Nord, sans prétendre entrer plus tard dans la ville). A Alep, c’est le front al-Nosra (filiale d’al-Qaïda) qui constitue le fer de lance des milices rebelles, lesquelles forment un patchwork, où la plupart sont islamistes. A Mossoul, la rébellion est entièrement sous la coupe de l’État islamique. Que se passe-t-il à l’intérieur des villes assiégées ? Nous ne disposons d’aucune information de première main, car il est trop dangereux pour les reporters occidentaux de s’y rendre. A Mossoul, ils risquent la décapitation; à Alep, ils risquent le kidnapping en vue d’une rançon.

Un phénomène assez curieux s’est passé dans la bataille d’Alep: depuis 2013, les grands médias occidentaux ne font plus assez confiance à la rébellion pour envoyer des reporters en son sein, mais ils continuent à croire et à diffuser sans filtre les informations envoyées par les rebelles, qui ont bien sûr tout intérêt à se présenter en agneaux innocents et à noircir leurs adversaires. Car le logiciel manichéen n’a pas changé depuis cinq ans: à Alep on a affaire à un tyran (Bachar al-Assad), qui massacrerait son peuple, presque par plaisir. Assurément le siège d’Alep est cruel et on estime à 300 les victimes civiles des deux dernières semaines. En revanche, ce même logiciel ne s’applique bien sûr pas à l’armée irakienne tendant à reprendre le contrôle de Mossoul. Là, ce sont les attaquants qui sont les gentils et les rebelles qui sont les méchants. En termes de pertes civiles, les chiffres sont équivalents: on estime à 600 les morts civils dans la bataille de Mossoul, depuis qu’elle a commencé. Certes, que les combattants fanatisés de Daech soient des super-méchants, nul n’en doute. Dans leur tactique d’utilisation systématique des voitures-suicides comme autant de missiles terre-terre, les généraux de l’État islamique ont envoyé à la mort des centaines d’adolescents, après leur avoir lavé le cerveau.

Dans le siège d’Alep, la presse occidentale s’est rangée du côté des résistants; et dans celui de Mossoul, du côté des attaquants. Mais ce n’est plus très important. Car l’impact des grands médias internationaux sur la réalité géopolitique est devenu extrêmement faible: il n’est plus en mesure de modifier les grands équilibres stratégiques, comme il le fit naguère, dans des conflits comme le Kosovo, l’Irak ou la Libye.

Quand Alep et Mossoul seront tombées, quels seront les grands gagnants stratégiquement ? Au premier rang figurera l’Iran, au deuxième la Russie. Les stratèges occidentaux ont gravement sous-estimé la détermination de ces deux puissances orientales. Téhéran a renforcé l’axe chiite, tandis que Moscou a consolidé son accès direct à la Méditerranée. Au troisième rang, figureront les Kurdes, qui, après quelques déboires, finissent victorieux sur tous leurs fronts. Les États-Unis ne sont pas totalement perdants, car ils avaient fait de Daech leur nouvel ennemi principal. Les grands perdants seront les Turcs, avec une politique néo-ottomane aujourd’hui en miettes. Et les Européens, qui vont porter quasiment seuls le fardeau des réfugiés.

Au sommet de Prague de l’OTAN de novembre 2002, le président Chirac avait essayé de dissuader le président Bush d’envahir l’Irak. Il lui avait soufflé: «George, tu vas créer un axe chiite au Moyen-Orient: mais où est donc ton intérêt stratégique ?» Il n’avait obtenu aucune réponse …

Source: © Renaud Girard, Le Figaro du 6/12/16

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *