52 Palestiniens tués par des tirs israéliens à Gaza, les autorités accusent Israël de «massacre»

RUSSIA TODAY   –  14 mai 2018,

Selon un bilan provisoire, 52 Palestiniens ont été tués et des centaines blessés par des tirs de soldats israéliens dans la bande de Gaza, où des milliers de personnes protestent contre le transfert à Jérusalem de l’ambassade américaine en Israël.

La tension est de nouveau montée d’un cran dans la bande de Gaza où 52 Palestiniens ont été abattus par des tirs israéliens le 14 mai, selon un bilan provisoire fourni par les autorités gazaouies. L’ambasadeur palestinien à l’ONU a évoqué de son côté la mort de «huit enfants de moins de 16 ans» et au moins 2.000 blessés.

L’armée israélienne a en outre affirmé avoir mené des raids contre des cibles du Hamas, sans fournir de bilan de ces bombardements. Des milliers de personnes manifestent dans les territoires palestiniens contre le transfert de l’ambassade des États-Unis en Israël, de Tel-Aviv à Jérusalem.

Les autorités palestiniennes dénoncent un «horrible massacre»

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a dénoncé un «massacre» israélien et affirmé qu’il refusait une quelconque médiation de paix américaine.

Le porte-parole du gouvernement palestinien, Youssouf al-Mahmoud, a réagi dans un communiqué, réclamant une «intervention internationale immédiate pour stopper l’horrible massacre commis à Gaza par les forces occupantes israéliennes contre notre peuple héroïque». Amnesty International a pour sa part dénoncé une «violation abjecte» des droits de l’homme, accusant Israël de commettre des «crimes de guerre».

«Nous demandons à toutes les parties d’agir avec la plus grande retenue afin d’éviter des pertes de vie humaine supplémentaires», a pour sa part affirmé le chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué.

 

Plus de 100 morts depuis le 30 mars

Ces décès portent à 106 le nombre de Palestiniens tués dans la bande de Gaza depuis le début d’un mouvement de protestation massif le 30 mars afin de réclamer l’application du droit au retour des Palestiniens, qui ont fui ou ont été chassés de leur terre en 1948 lors de la création de l’État hébreu. Le 14 mai est la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de 2014 dans l’enclave.

En plus de leur opposition au transfert de l’ambassade, les Palestiniens protestent aussi contre le blocus de Gaza imposé par Israël et l’occupation militaire. L’armée israélienne a dénié le caractère pacifiste de la mobilisation, revendiqué par les participants, la qualifiant «d’opération terroriste» conduite par le Hamas, qui gouverne l’enclave palestinienne et auquel il a livré trois guerres.

 

Ivanka Trump représentera les États-Unis lors de la cérémonie du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem

L’ambassade des États-Unis en Israël a été officiellement inaugurée à Jérusalem le 14 mai en présence d’Ivanka Trump et Jared Kushner, la fille et le gendre du président américain qui sont aussi ses conseillers. La cérémonie concrétise l’une des promesses de campagne du président Donald Trump. La promesse avait déjà été faite par d’autres présidents américains, et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël ainsi que le principe du déplacement de l’ambassade des États-Unis sont l’objet d’une loi adoptée à une écrasante majorité par les deux chambres du Congrès en octobre 1995.

Salué comme «historique» par Israël, ce déménagement est largement perçu comme un acte de défi envers la communauté internationale dans une période de grande inquiétude pour la stabilité régionale.

Faites connaître notre site, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.