Aux vraies origines de l’État islamique: le témoignage d’un observateur de terrain

Pour Gilles Munier, qui suit de près l’évolution de la situation en Irak depuis une quarantaine d’années, les origines de Daech – acronyme de l’Etat islamique en Irak et au Cham (Syrie) – devenu Etat islamique (EI) après la prise de Mossoul en juin 2014 et la résurgence du califat par Abou Bakr al-Baghdadi, remontent à la guerre Iran-Irak (1980-1988), puis dans la descente aux enfers du pays suite à l’occupation US et dans la conviction qu’ont les Irakiens d’être victimes d’une nouvelle croisade occidentale.


Sous le régime baasiste – comme secrétaire général des Amitiés franco-irakiennes – Gilles Munier a effectué plus d’une centaine de séjours aux quatre coins du pays. Il a assisté – guerre après-guerres et sous l’embargo international – à la montée en puissance du sentiment religieux, à l’implosion de la société et à l’émergence au sein de la population d’une haine indicible envers les pays occidentaux. En Syrie, la prise de la région de Raqqa par l’Etat islamique et l’influence de Jabat al-Nosra (filiale d’Al-Qaïda) sur les rebelles anti-Assad, vont conduire Vladimir Poutine – sur les conseils du général iranien Qassem Sulaimani – à intervenir militairement en Syrie. Objectif : sauver le régime syrien aux abois – son seul véritable allié au Proche-Orient –, et conserver la base navale russe en Méditerranée. La présence de plusieurs milliers de djihadistes venus du Caucase – et qui y retourneront – justifie également l’implication de la Russie dans le chaos proche-oriental. L’auteur s’interroge sur le devenir de l’État islamique qui demeure, malgré ses crimes abominables et les bombardements qui éclaircissent ses rangs, un pôle d’attraction idéologique pour une grande partie de la jeunesse musulmane mondiale. 

Gilles Munier est l’auteur du « Guide de l’Irak » (2000) – paru aux États-Unis sous le titre « Iraq : An illustrated History » – et des « Espions de l’or noir  (2009)». Il a dirigé la traduction de « Zabiba et le roi » (2003), roman écrit par Saddam Hussein, et a préfacé « Les Yézidis : ceux qu’on appelait les Adorateurs du Diable » (2014). Analyste indépendant, il anime le blog « France-Irak-Actualité.com ».

Faites connaître notre site, partagez !